Menu

Untitled

2004

Au début, [la tête de loup-garou] n’était qu’une alternative au corps humain. J’ai réalisé un loup-garou découpé. L’art du corps est si connu, en termes d’expérience. La jambe de monstre que j’ai faite donne une impression de connu, mais elle a aussi un niveau d’étrangeté supplémentaire. Puis je me suis intéressé au loup-garou pour sa complexité, pour son potentiel symbolique. Il représente à la fois le bien et le mal, l’humain et l’animal, Dr. Jekyll et Mr. Hyde – des extrêmes des deux côtés. Quand je parle de mon travail, j’utilise souvent le mot « énergie », mais pas dans un sens « nouvel âge ». La tête de loup-garou avec ses cristaux est un objet générateur d’énergie. Un homme se transforme en loup-garou ; c’est la transformation la plus intense qui soit sur le plan physique et mental. Le loup-garou passe d’un état – un homme – à un autre complètement opposé – un animal – en seulement quelques minutes, même quelques secondes. Dans les films, ça se passe en 30 secondes. Ça semble même douloureux.

David Altmejd, dans « 21st Century Werewolf Æsthetics: An Interview with David Altmejd », entretien réalisé par Randy Gladman, C magazine, nº 82 (été 2004), p. 40-41.

Plâtre, résine, peinture, cheveux synthétiques, bijoux, paillettes

Collection de l’artiste, avec l’aimable permission de Andrea Rosen Gallery, New York